Apprenez-en plus sur l’évolution du nutri-score
30 septembre, 2022 par
Apprenez-en plus sur l’évolution du nutri-score
WAGRALIM, MALINGREAU Catherine


Le label nutri-score est utilisé dans sept pays européens : la Belgique, l’Allemagne, la France, le Luxembourg, les Pays-Bas, l'Espagne et la Suisse. En Belgique, il n’est pas obligatoire mais de plus en plus mis en évidence. Ce système d’étiquetage nutritionnel  va d’ailleurs subir quelques changements prochainement. 

Etat des lieux 

L'idée n'est pas de révolutionner l'algorithme, mais simplement de le "peaufiner, de le nuancer".  

Le label devait être amélioré car il comporte quelques incohérences.   

Actuellement, il prend surtout en compte les taux de sucre, de gras et de sel. Or, diététiquement parlant d’autres facteurs ont leur importance. 

Changements à venir 

A partir de ces constations, le comité scientifique de ces sept pays a revu et adopté cet été une révision et une évolution des algorithmes du nutri-score pour classer les aliments en cohérence avec les recommandations alimentaires en vigueur et ainsi guider les consommateurs vers des choix alimentaires sains. 

Dans ce système, les aliments reçoivent des scores liés à leurs qualités nutritives : du meilleur (A) au moins bon (E). Il est basé sur le nombre de calories, la quantité de sucres, de graisses saturées, de sel, de protéines, de fibres, de fruits et de légumes. 

Avec le nouvel algorithme, le poisson gras et le pain complet obtiendront de meilleurs résultats à l’avenir, tandis que la viande rouge, les noix et graines en recevront de moins bons. Il a donc été décidé de resserrer le seuil entre les catégories A et B. Par conséquent, moins de produits se retrouveront dans la catégorie la plus saine. Dans les grandes lignes : les noix et les graines ont été déplacées de la catégorie des fruits et légumes à celle des graisses et des huiles et une distinction a été introduite entre la viande rouge et transformée d’une part et la volaille d’autre part. Une distinction supplémentaire a également été ajoutée dans la catégorie des poissons, de sorte que désormais les poissons gras reçoivent également un meilleur score. C’est aussi le cas de certaines huiles, comme l’huile d’olive. 

Un éventuel ajustement de la catégorie des boissons est encore à envisager d’ici la fin de l’année. 

A partir de la date d’entrée en vigueur du nouvel algorithme, une période suffisamment longue sera laissée aux opérateurs pour permettre la mise en œuvre du logo et l’adaptation de leur étiquetage. 

Besoin de conseils en matière de nutri-score ? 

Keyfood peut vous accompagner dans les calculs du nutri-score, dans l’amélioration de la formulation pour un meilleur positionnement, mais aussi dans l’enregistrement nutri-score auprès du SPF pour vos produits. 

N’hésitez pas à nous contacter : catherine.malingreau@wagralim.be  

Vous souhaitez rencontrer l'équipe Keyfood ? N'hésitez pas à participer à un événement dédié à ce service le 23 novembre de 9 à 13h ! Plus d'infos ICI


dans R&D